La faïencerie de Niderviller

La faïencerie de Niderviller, vieille de plus de 300 ans, est une des dernières manufactures de faïence de Lorraine.

C’est en grande partie de sa position géographique qu’elle tire ses avantages. Proche d’une carrière d’argile rouge, en France, et non loin de l’Allemagne, elle bénéficie de l’influence de leurs deux savoir-faire et de leurs courants artistiques respectifs.

Découvrons maintenant cette faïencerie réputée en France et dans le monde entier pour la finesse de ses produits !

Logo de la manufacture de Niderviller

Sommaire :
1. Plus de 3 siècles d’histoire !
2. Un monument du patrimoine Lorrain
3. Les collections emblématiques de Niderviller


Plus de 3 siècles d’histoire !

Début du XVIII ème siècle

Tout commence en 1735, lorsque Anne-Marie André décide de lancer une faïencerie à Niderviller afin de rentabiliser les carrières et les forêts de son domaine.

A cette époque, il s’agit d’un métier nouveau, surtout en Lorraine. Rappelez-vous, c’est en 1730 que la manufacture de Lunéville, par exemple, fut fondée.

C’est donc Mathias Lesprit, maître faïencier, qui se verra attribuer cette responsabilité.

Malheureusement le succès escompté n’est pas rencontré. La faïencerie est revendue au directeur de la monnaie de Strasbourg, Jean-Louis Beyerlé (comme notre collection éponyme), en 1748 pour la somme de 90.000 livres.

“90.000 livres à cette époque correspondrait à 1.000.000 € de nos jours !”

http://convertisseur-monnaie-ancienne.fr/


Fin du XVIII ème siècle

Souhaitant rivaliser avec les plus grandes faïenceries de l’Est de la France, comme celle de Strasbourg, Jean-Louis Beyerlé engage de nombreux ouvriers Alsacien.

François-Antoine Anstett en fait partie. En 1759, il deviendra directeur de la fabrique. Il introduira alors la technique de cuisson dite “Petit feu”, une cuisson à “basses températures” qui permet alors l’apparition de nuances tels le rose, le vert pâle et l’or.

En 1770 la faïencerie de Niderviller est rachetée par Adame Philippe de Custine, pour 400.000 livres. François-Antoine Anstett en reste le directeur et, en 1772, il crée la “Terre de pipe”, une faïence fine naturaliste.

Détail du "Berger et de la Bouquetière" - Faïence dite "Terre de pipe"
Détail du “Berger et de la Bouquetière” – Faïence dite “Terre de pipe”


En accueillant Lemire (né Charles-Gabriel Sauvage), meilleur élève de Paul-Louis Cyfflé dont la faïencerie de Niderviller racheta les moules, la réputation de la production de Niderviller connu un essor extraordinaire.

Elle fit notamment l’objet de louanges de la part de l’ancien chef de la fabrication de la faïencerie de Sèvres.

!
La faïencerie de Sèvres était l’une des principales manufactures d’Europe. “Modèle” et “rivale” de la faïencerie de Niderviller, elle l’a longtemps inspiré. Ce fut à tel point qu’en 1766, la ressemblance entre les statuettes des deux manufacture fut controversée.


Coup dur en 1793, le Comte de Custine et guillotiné , ainsi que son fils. La faïencerie devient alors un bien national et ferme temporairement ses portes.

C’est un porcelainier de Paris qui repris les ouvriers de la manufacture. En effet, à la fin du XVIII ème siècle la faïencerie de Niderviller produisait aussi de la porcelaine.

Bouquet de porcelaine de Delphine de Custine – 1787


XIX ème siècle

Suite au rachat de la manufacture de Niderviller en 1802 par François Lanfrey, la production des statuettes à l’origine de sa renommée continue.

Ainsi, ses productions finissent répertoriées dans un “Live des formes” et qualifiée de “faite de main de Maître”.

Enfin, en 1827, la production de porcelaines est arrêtée, celle de Limoges opposant une trop forte concurrence. La manufacture de Niderviller se concentre alors sur la faïence.

En 1886, l’entreprise devient une société par action, étant alors en territoire Allemand.

!
En effet, l’Alsace-Lorraine fut cédée à l’Allemagne en 1871 et ne revint à la France qu’en 1919. Ces évènements valurent indirectement à la Manufacture de Niderviller une filiale, en 1906, la Faïencerie de Moehlin, qui ferma ses portes 50 ans plus tard, en 1956.


XX ème – XXI ème siècle

Jusqu’en 1948, la faïencerie de Niderviller reste la propriété de la famille Dryander.

Connaissant une période faste, de nombreuses filiales ouvrent leurs portes dans le monde, notemment en Allemagne, en Algérie, et, après la Seconde guerre mondiale, en Bretagne.

C’est dans cette période que le groupe s’agrandit aussi grâce au rachat de deux autres faïenceries : “Le Moulin des loups” et “La faîencerie de Ste-Radegonde-en-Touraine.

Malheureusement, ces deux dernières finissent par fermer en 1984 et en 1986 alors que le groupe et progressivement racheté, jusqu’en 1963, par la banque Worms.

Avant de devenir une SCOP en 1987, la société passe entre les mains de SITRAM, en 1981. C’est en 1993 qu’elle fera l’objet d’un redressement Judiciaire.

Elle sera finalement intégrée au groupe “Les Jolies Céramiques” dont elle est toujours une filiale aujourd’hui.



Un monument du patrimoine Lorrain

Faïencerie de Niderviller : 2 Rue de la Faïencerie, 57565 Niderviller
Faïencerie de Niderviller : 2 Rue de la Faïencerie, 57565 Niderviller


Située à Niderviller, dans la Moselle (57), plus précisément au cœur des Vosges, la manufacture à longtemps tiré son avantage de la carrière d’argile rouge voisine et des forêts alentours.

Après avoir traversé les siècles, un incendie et deux guerres, les emblématique bâtiments de grès rouge furent inscrit”Monument historiques” en 1994.

Laisser un commentaire

X